ELECTIONS, GOUVERNANCE et PROBITE

Un peu de poésie…

corbeau gif

 Le Corbeau et l’agriculteur

Un corvidé, sur un perchoir installé,

Croassait nuit et jour et tous importunait.

Il avait séquestré, sans qu’on s’en aperçoive

La joie de vivre qui régnait au village.

Pour jouir de toute sa puissance, donc, il retenait

Le bonheur prisonnier  enfermé dans un sac.

Imposant son pouvoir toujours plus démoniaque.

Semant le malheur, il allait et venait,

Ici ou là, répandant des rumeurs, mentant avec brio,

Si bien qu’on lui donna le surnom de corbeau.

Tout le monde était las de subir ses attaques.

Les uns s’opposaient, les autres se taisaient…

Un agriculteur zélé, observant ce micmac,

Vint un jour sous le perchoir installer son bivouac.

L’agriculteur rêvait d’une contrée paradisiaque,

Un endroit convivial, où l’on donnerait plus de claques.

Ne cherchant pas du tout, à flatter son égo.

Courageux, rusé il déclama tout de go.

« Hé ! Monsieur du corbeau ; maitre de l’éloquence,

Vous avez trop joué avec notre patience !

Et n’êtes occupé qu’à semer la vengeance.

Vous jouez de nos peurs, de notre crédulité,

Vous ne cultivez pas notre félicité.

Nous sommes au zénith de notre méfiance,

Et en avons assez de votre exubérance.

Vous bridez le bonheur et perdez la confiance.

Sans mentir, si votre bagage est aussi creux que votre verbiage,

Que vous partiez d’ici en aurons avantages.

A ces mots, le corbeau dit avec émoi : 

« Je me suis installé sur le siège du roi.

Qui oserait ici discuter mes exploits ? »

Noir de colère, le corbeau aux abois,

Voulant d’un coup de patte faire taire l’impudent,

Ouvre ses grandes serres et laisse tomber sa proie.

En moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire,

Le bonheur se répand et dit « Enfin je suis libre !»

L’agriculteur ravi, avertit le corbeau :

« Sachez mon bon monsieur, que dans ce paysage,

Ce que vous impulsez n’est pas de bon cépage.

Le bonheur s’entretient, il appartient à tous,

Savoir le cultiver, est un travail ardu,

Tout comme pour la terre, pluie, vent et chaleur

Font pousser les cultures et sont les bons acteurs,

Parler, sourire, aimer, dire la vérité,

Pour vivre en société, sont les ingrédients du succès. »

Chassé de son perchoir, plus rien dans sa besace,

Ne pouvant plus ici imposer ses oukases.

Le corbeau dépité, toute colère bue

S’enfuit au fond des bois, qu’on ne le revit plus.

S. Auriac

 D’après « Le Corbeau et le renard »  

Mots-clefs :,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Where to locate Cut-rate Ra... |
Editorial Cartoons Water Po... |
Fifacoinskwv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ON-LINE News channel
| ON-LINE News channel
| Ways to raise your web prod...